Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 22:24

La griffe de polo était en sommeil. Reprise par Thierry Khayat, l’un des fondateurs de la marque Blanc Bleu, elle revient sur le devant de la scène et expose au Who’s Next.

 
Vêtements de Vacances
Coton et écussons, deux points phares de la collection V De V


Tout part d’une plaisanterie: faire quelques vêtements pour habiller les aristocrates d’un Club créé en 1955 et comportant 55 membres. Tous pratiquent de luxueux loisirs (le polo, la course off-shore, le yachting, la course automobile, le golf et le tennis) et doivent s’habiller. Quelques années plus tard, en 1968, le gag donne pourtant naissance à la marque Vêtements De Vacances ou V De V et à une devise: "les loisirs de luxe et le luxe à loisir".

Aujourd'hui, après plusieurs années de disparition, la griffe refait surface et compte sur son charme à l’ancienne pour séduire les hommes chics mais aussi leur femme et leurs enfants, puisque quelques pièces leur sont destinées.

Vedette du vestiaire
Vêtements De Vacances
, le polo en coton se décline en différents coloris et arbore les six écussons des six sports de l’époque (détaillés plus haut). Un détail par ailleurs repris sur chaque produit de la gamme qui propose aussi des pulls, des gilets, des maillots de bain et des casquettes.

Essentiellement en coton, cette première collection sera visible sur le salon
Who’s Next
où elle sera commercialisée. Les prix boutique annoncent un maillot aux environs de 75 euros et un polo à 95 euros.

Vêtements De Vacances ne travaille pas par saison mais décline plutôt des vestiaires pour l’homme jet-set qui voyage à longueur d’année. Elle s’enrichira notamment d’une doudoune pour la rentrée prochaine.


D'après la newsletter n°775 deFashionMag, par Céline Vautard
     
Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 22:19

Issey Miyake
Issey Miyake - Photo : AFP


PARIS, 21 jan 2010 (AFP) - Les défilés de la mode masculine pour l'hiver prochain ont commencé jeudi 21 janvier matin à Paris notamment avec le jeune Français
Alexis Mabille et le Japonais Issey Miyake, avant Vuitton, Jean-Paul Gaultier et Dries Van Noten.

 

Accueillant le public d'un petit noir serré et fumant, Issey Miyake a proposé une collection moelleuse et confort autour du café, le lieu, les serveurs et la fusion de l'écume de lait avec le breuvage chaud.


Après des essais réalisés en plein air devant un bar à espresso à deux pas de son bureau à Tokyo, il a mis au point des costumes aux imprimés imitant les dessins que fait le lait lorsqu'il est versé doucement dans le liquide foncé.


Sur une musique rock, les modèles, jeunes et gringalets, ont présenté beaucoup de costumes, manteaux et canadiennes en laine tissée, pantalons à poches multiples et couvre-chefs à gogo.


Les couleurs sont brique, marron, terre, caramel, des alliances rouge/orange, du noir bleuté et les textures variées, costume fripé, doudoune striée, élégant costume noir avec un délicat liseret blanc près du col.

D'après la newsletter n°775 de FashionMag.

Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 22:15

C’est au tour d’Elie Saab de jouer l’acte II de l’opération "Weyves Couture". La société anglaise de yachts Weyves vient en effet d’annoncer son partenariat avec le créateur libanais pour la création de trois méga yachts dont le premier devrait être dévoilé en exclusivité en février prochain lors de l’Abu Dhabi Yacht Show.

 

Elie Saab, prochain décorateur des yachts Weyves


Annoncée la première fois en juin 2008, quand les indicateurs étaient encore dans le vert, l’opération Weyves a démarré avec
Thierry Mugler. L’idée ? Faire de l’ultra-luxe pour une clientèle repoussant toujours plus loin les frontières de l’exclusif. Dont acte, avec l’aide de l’agence artistique Agent de Luxe, la société Weyves s’est lancée dans le pari fou de produire des yachts "Haute Couture", à savoir des méga-yachts uniques aménagés par des créateurs de mode.

Si entre-temps la donne économique a changé, la crise semble avoir passé la main de ce côté-là. Les trois yachts griffés
Elie Saab s’annoncent comme des projets d’envergure. A la différence de son prédécesseur, le Libanais imaginera la ligne extérieure comme l'aménagement intérieur. Et Donald Potard, fondateur d’Agent de Luxe, de souligner pour Weyves Couture, "nous sommes enchantés de cette collaboration avec la maison Elie Saab qui est tout à fait légitime dans ce contexte de luxe extrême. Cet exercice de style permettra au couturier d'exprimer l'univers de la marque Elie Saab dans l'aménagement de l'espace intérieur et de l'art de vivre."

De son côté,
Elie Saab précise qu’il a "toujours cherché à incarner (sa) vision de la modernité et de l'élégance au-delà de la mode elle-même. Dessiner des yachts et concevoir l'art de vivre qui les accompagne est une opportunité de prolonger l'univers de la marque dans une expérience de luxe globale".

D'après la newsletter n°775 de FashionMag, par Emilie-Alice Fabrizi

     
Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 22:08

PARIS, 21 jan 2010 (AFP) - "Karl est passé hier soir tard, on a revu certaines choses", glisse François Lesage, 80 ans, roi des brodeurs de la couture parisienne, dont les ateliers travaillent d'arrache-pied sur la collection Chanel dessinée par M. Lagerfeld à une semaine des défilés.

François Lesage
François Lesage dans son atelier - Photo : JEAN-PIERRE MULLER (AFP)


"Au départ, on a un croquis et c'est notre rôle d'interpréter. Le couturier est l'architecte et nous les décorateurs. Tout est affaire de complicité", résume M. Lesage, qui a vendu sa maison en 2002 à la maison Chanel mais n'en reste pas moins sur le pont.


De tréteaux en tréteaux, de l'organza tendu sur lequel des dizaines de brodeuses piquent du fil, des paillettes et autres perles. Aucune nervosité palpable mais un travail organisé et patient, ultra-précis.


Outre
Chanel, elles oeuvrent aussi pour la collection Dior et la troisième saison du jeune Alexandre Vauthier, qui fait irruption dans l'atelier, son casque de moto à la main, pour emporter ce qui est prêt dans un banal sac de gym.


"Je suis dans les temps, je touche du bois", sourit le couturier de 38 ans, qui a travaillé notamment chez
Jean Paul Gaultier. "M. Lesage, je le connais depuis 15 ans. C'est un délice de concevoir avec lui les broderies. On bénéficie de son savoir-faire, de sa lumière, de sa sensibilité artistique".

Une bise et puis s'en va.


Retour à la technique, aux trucages faits à la vapeur et aux différentes méthodes pour obtenir un motif ou un effet. "Chez nous, il n'y a pas de règles, il n'y a que des recettes", assène M. Lesage, qui semble avoir une formule adaptée à chaque situation.


Discutant d'une piste de travail encore floue, il lance: "C'est très Londres là, il y a du brouillard". Face à un ouvrage presque fini, il décrète: "C'est pas tout à fait cuit".


Le brodeur, comme tous les fournisseurs de couture, "doit être un caméléon" et s'adapter à chaque donneur d'ordres. Il est arrivé à la maison de broder du papier d'emballage de chocolat, des coquilles de moules ou encore des plumes trempées dans du goudron: "Il n'y a pas de limite aux fantasmes des couturiers", s'amuse M. Lesage.


De pièce en pièce, des centaines de tiroirs conservent 40 tonnes de bobines de fil de toutes les couleurs, d'échantillons et autres perles de Tchéquie, sans compter les cartons de pièces maîtresses de collections passées où, comme sur les murs de l'atelier,
Saint Laurent est très présent.


"Je l'ai connu à 19 ans chez
Dior vous savez. Et Karl aussi, c'était un tout jeune homme quand je l'ai rencontré chez Patou. Gaultier, ou Lacroix qui est mon filleul, aussi, ils étaient débutants...", se souvient François Lesage
.

Il a repris à 20 ans la maison de broderie fondée par son père. "Je ne me suis jamais posé la question (de faire autre chose). Je couche dans la chambre où je suis né", confie-t-il sans état d'âme.

Sa mère travaillait chez la couturière Madeleine Vionnet. Il montre du doigt un cadre contenant la pièce de broderie dorée qui a permis la rencontre de ses parents: "Voyez là, c'est mon acte de naissance".


A cette époque, "la haute couture n'était pas faite pour rêver mais pour habiller. Aujourd'hui, c'est le contraire. Le prêt-à-porter a remplacé ce qu'était la couture dans les années 1950".


Le vieux monsieur au regard vif se souvient du temps lointain où il était "le plus jeune des brodeurs, le fils Lesage. Maintenant, j'en suis le doyen".

D'après la newsletter n°775 de FashionMag, par Gersende RAMBOURG 
Repost 0
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 21:46

On lui connait l’un des plus beaux palmarès de couvertures, et pourtant c’est côté coulisses que l’ex-top, toujours au top, revient sur la scène mode. Elle présente Glambition by Estelle, sa marque de prêt-à-porter pour femme haut de gamme. Au programme: des mailles, de la soie, des lignes fluides, le tout avec le charme discret de la simplicité. Rencontre avec une femme aux multiples facettes.

 

Estelle Lefébure


Contre toute attente, c’est avec un naturel désarmant qu’Estelle Lefébure présente sa marque. Et d’emblée, on comprend qu’on est loin d’un caprice de star. Après trois saisons, elle souhaite que Glambition by Estelle prenne son envol. L’idée n’est pas de créer le "buzz" autour de son nom, mais bel et bien de mettre sur pied une marque qui s’inscrirait dans la durée. Pour preuve, de taille, elle la porte financièrement, "pour rester libre de mes choix" nous explique-t-elle. Pas de licence de création donc, ni de fabrication ou encore de distribution. De bout en bout, elle chapeaute tout. De quoi remplir les pages d’un agenda déjà bien fourni, entre ses activités d’actrice, d’égérie Mixa ou encore de marraine des Maisons de l’Adolescence.

Un état d'esprit "toujours au top"

Au fil des collections, l’automne-hiver de cette saison est la troisième qu’elle dessine, elle commence à prendre ses marques. Pour elle, "Glambition, c’est un état d’esprit". Glambition ? Serait-ce la contraction de glamour et ambition ? Oui, un peu, mais pas seulement. Surtout un mot tiré de l’urban dictionnary américain signifiant "toujours au top" et qui prend forme avec une vingtaine de modèles. Après avoir présenté un vestiaire "complet", elle se recentre sur des essentiels, mettant l’accent sur des pièces plus en accord avec ce qu’elle veut faire de sa marque.

"Je souhaite habiller les femmes sans trop d’apprêt, nous confie-t-elle, avec élégance, sensualité aussi mais avec naturel." Pas d’excès de style donc, ni de couleurs criardes ou de coupes totalement déstructurées. Et l’ancien mannequin de rajouter qu’elle imagine "des vêtements dans lesquels on peut se mouvoir, pour un corps libre qui exprime ses formes." Exit donc les tailles a minima.

Le souci du détail et de la fluidité

En boutique, dans plusieurs multimarques tendance de France, la collection automne-hiver 2009/2010 fait la part belle aux mailles qu’elle estampille "Made in Italy". Et depuis vingt ans qu’elle flirte avec la mode et les podiums, qu’elle fraye avec les grands maîtres de la couture, elle a apprivoisé les matières, les longueurs, les détails, ces "petits plus" qu’un œil exercé sait révéler. Ainsi, elle travaille la longueur d’une manche, celle qui dévoile juste ce qu’il faut d’un poignet, ou encore l’encolure évasée d’un pull pour qu’il laisse entrevoir une épaule sans déshabiller celle qui le porte.

Si
Estelle Lefébure précise qu’elle est "plus à l’aise avec les collections hiver qu’avec celles de l’été", le maître mot reste le même: de la fluidité. Ainsi, la saison prochaine, elle revient avec une collection "voyage" dans laquelle la douceur de l’été se traduit par le satiné de la soie. On découvrira donc des robes en soie, des prints ou encore des mailles fines, vendus dans plusieurs points de vente en France. Des spots mode situés dans les destinations fashion, comme le Montaigne Market à Paris, Calypso à Saint-Barth, Mission accomplie à Saint-Tropez, Sharon à Cannes, Avenue Montagne à Courchevel ou encore Twiggy à Neuilly. Au total, une petite dizaine de points de vente qui devraient en voir d’autres. D’ailleurs, la marque débarque bientôt aux Galeries Lafayette Haussmann. Le grand magasin parisien l’accueille pendant un mois, le temps d’un corner.


D'après la newsletter n°775 de FashionMag, par Emilie-Alice Fabrizi
     
Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 18:52

Sex and the City 2: la Bande d’annonce Officiel – Trailer HD


Vous l'attendiez peut-être... mais j'avais oublié de le mettre...Toutes mes excuses!! Alors je rectifie... et le voilà...

De quoi? Et bien du premier trailer officiel de ‘Sex and the City 2′ avec Sarah Jessica Parker, Kim Cattrall, Cynthia Nixon et Kristin Davis, qui sera dans les salles le 28 mai prochain... Soyez prêts!!

 

Voici donc la bande annonce de Sex and the city 2, le trailer inédit qui montre Carrie Bradshaw Preston 2 ans après la fin du 1er film de Sex and the city. En guest-star on découvrira Miley Cyrus. Le mariage de Mr Big et Carrie est mis à rude épreuve…  confrontés à une escroquerie financière...

 


Trailer publié en décembre 2009

Sex and the City 2: la Bande d’annonce Officiel – Trailer HD
Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 18:38

Julia Roberts dans "Closer, entre adultes consentants".Une Pretty Woman à Paris, forcément, ça ne passe pas inaperçu. A peine revenue d'une cérémonie des Golden Globes d'où elle est repartie bredouille, Julia Roberts s'est envolée pour Paris. Mais pas simplement pour profiter du charme de la capitale française. L'actrice américaine tourne actuellement et pour quelques jours encore une publicité pour la marque Lancôme.

L'actrice oscarisée pour
Erin Brockovich, seule contre tous est devenue l'égérie de la célèbre firme de luxe en décembre dernier, et succède ainsi à Isabella Rossellini et Juliette Binoche. Selon le site américain Radaronline, Lancôme aurait déboursé 20 millions de dollars pour s'attacher les services de la star. La production garde évidemment le plus grand secret sur le tournage de cette campagne publicitaire parisienne.

Après son escapade française,
Julia Roberts devrait retourner sur les plateaux de cinéma. L'actrice, qui sera à l'affiche de Valentine's Day le 14 février prochain, retrouvera au printemps Tom Hanks pour les besoins du film Larry Crowne, que mettra en scène l'acteur. Le film sera produit par le français Philippe Rousselet et l'animateur de TF1, Arthur.

D'après le site www.ozap.com, janvier 2010

Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 16:56

Pour fêter ses 40 ans, la plus célèbre des eaux de Cologne françaises lance un appel à toutes les "femmes Eau de Rochas". La marque organise un casting grandeur nature qui sélectionnera 40 d’entre elles, immortalisées sous l’objectif de Kate Barry, pour une exposition anniversaire. Elles ont jusqu’au 14 février pour s’inscrire sur le site www.eauderochas40ans.fr

Créée par Nicolas Mamouras, Eau de
Rochas est d’abord apparue sous le nom Eau de Roche. Ses notes fraîches et florales rencontrent rapidement un vif succès et l’imposent rapidement comme un incontournable de la parfumerie française.

Eau de
Rochas souhaite ainsi mettre à l’honneur toutes les femmes qui ont fait son succès à travers 40 portraits signés Kate Barry, la fille de Jane Birkin et du compositeur John Barry. Dans les faits, une première sélection à partir des inscriptions sur le site aura lieu. 80 femmes seront retenues, réunies le 20 février à Paris pour participer au casting final. A l’issue, se tiendront deux séances photos où Kate Barry réalisera le portrait de chaque participante pour l’exposition photo présentée à Paris avant de voyager dans plusieurs parfumeries françaises.


D'après la newsletter n°774 de FashionMag, par Emilie-Alice Fabrizi

Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 16:50

PARIS, 20 jan 2010 (AFP) - La mode masculine pour l'hiver prochain défile dès jeudi 21 janvier à Paris, suivant de près les présentations à Milan où beaucoup de maisons ont revisité leurs classiques dans un contexte de crise qui perdure.

 

A Paris, 42 défilés sont prévus sur quatre jours, soit un programme presque aussi chargé et tout aussi international que la saison dernière qui en avait compté 48.


Une bonne vingtaine de maisons présentent aussi leurs collections en "showroom", sur cintres et/ou sur mannequins, ce qui leur permet de faire d'importantes économies tout en proposant aux acheteurs de voir les vêtements de plus près.


Emanuel Ungaro
, qui a perdu son président Mounir Mouffarige en décembre, ne défile pas cette saison, préférant montrer sa collection sur rendez-vous.


Le Japonais
Yohji Yamamoto a opté, pour la deuxième fois, pour cette formule. "Ce n'est pas forcément un choix permanent, mais elle présente des avantages", explique à l'AFP un porte-parole de la maison. "C'est évidemment moins coûteux qu'un défilé et la saison dernière, nous n'en avons pas pâti. Au contraire, nous avons eu de belles retombées dans la presse et auprès des clients".


Le jeune français
Alexis Mabille, dont le signe distinctif est le noeud papillon qu'il réussit à placer sur presque toutes ses tenues, ouvre le bal jeudi matin. La Première Dame de France, Carla Bruni Sarkozy, a contribué à le faire connaître, notamment à l'étranger, en portant l'une de ses robes noires -avec un noeud au niveau de la poitrine- à un dîner de gala l'an dernier.


La cote des créateurs pour la mode homme, établie chaque saison par le Journal du Textile auprès de 50 acheteurs internationaux "pointus", place de nouveau, et loin devant, le directeur artistique de
Dior Homme, Kris Van Assche, également classé 6ème pour sa propre collection.


A ses côtés, dans le trio de tête, figurent
Dolce & Gabbana, qui a présenté une collection sicilienne et sexy en diable à Milan la semaine dernière, et Lanvin homme, qui défile dimanche.


Parmi les autres défilés attendus, ceux du Belge
Raf Simons, de Jean Paul Gaultier, d'Hermès ou encore de l'Américain Rick Owens.


A Milan, plusieurs marques se sont recentrées sur leur "ADN maison", selon l'expression consacrée dans le milieu de la mode. La saison a présenté une garde-robe masculine chic mais sans ostentation, avec des pièces intemporelles, puisant souvent dans un registre décontracté ou sportif.

D'après la newsletter n°774 de FashionMag, par Gersende RAMBOURG


Repost 0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 16:44

TULLE, 20 jan 2010 (AFP) - Le musée de l'ancien président Jacques Chirac à Sarran (Corrèze) accueillera du 1er février à la mi-avril une exposition consacrée à la maison Christian Dior, a annoncé mercredi 20 janvier le conseil général de la Corrèze.


Cette exposition proposera une trentaine de robes de haute couture et des flacons de parfum dont la création s'étale des origines de la maison, en 1947, jusqu'à nos jours avec le couturier britannique
John Galliano, selon un communiqué du conseil général.


Des croquis originaux de
Christian Dior ainsi que des photos de grands photographes de mode seront également exposés au sein de ce musée qui rassemble tous les cadeaux reçus par M. Chirac au cours de ses deux mandats, lors de ses différents déplacements en France et à l'étranger.


L'exposition permanente en présente environ 150 (sculptures, tableaux, modèles réduits, vêtements, etc.) mais la collection comporte au total plus de 5.000 objets, dont 2.000 livres, selon le site internet du musée.


M. Chirac a été député de la 3e circonscription d'Ussel de 1967 jusqu'à l'élection présidentielle de 1995.

D'après la newsletter n°774 de FashionMag

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Sophie Pedot
  • Le blog de Sophie Pedot
  • : Une jeune fille exprime son admiration pour le monde de la mode, du luxe et nous livre les tendances marketing de ce marché... Elle ne parle que de ce qu'elle aime... et si des filles ou des garçons se reconnaissent dans son blog... ils sont tous les bienvenue!!
  • Contact

Liens