Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 22:11

Il fait partie des invités récurrents de Louis Vuitton. Mais cette fois, c’est toute une ligne que la maison confie à l’artiste japonais Takashi Murakami. Elle se baptise Cosmic Blossom et propose une toile revisitée, éclaboussée de couleurs éclatantes, de petites fleurs tout sourire, que l’on retrouve sur des modèles vitaminés de prêt-à-porter, accessoires et maroquinerie.

Louis Vuitton
© 2009 Louis Vuitton Malletier / Takashi Murakami / Kaikai Kiki Co Ltd All rights reserved


Un imprimé qui "réussit une parfaite fusion entre le graphisme caractéristique des mangas et les motifs picturaux japonais traditionnels", souligne la marque.

Disponible en édition limitée à travers le réseau
Louis Vuitton dès le 15 avril, Cosmic Blossom met en scène l’anglaise Daisy Lowe.


D'après la newsletter n°811 de FashionMag, par Julie Mangaud

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 18:32

PARIS, 12 mars 2010 (AFP) - La marque de luxe française Repetto, connue pour ses ballerines et chaussures confortables adaptées du milieu de la danse, va ouvrir une dizaine de nouvelles boutiques à l'étranger dans les mois à venir, a confié vendredi 12 mars à l'AFP son PDG Jean-Marc Gaucher.

Repetto
Jean-Marc Gaucher - Photo : AFP


"Nous ouvrons sept boutiques au Japon l'an prochain, deux aux Etats-Unis d'ici la fin de l'année (à New York et Los Angeles) et une à Londres début août", a précisé M. Gaucher, ancien PDG de Reebook France qui a racheté la société Repetto en 1999.

 
Outre le magasin historique tout près de l'
Opéra Garnier, qui présente les chaussures sur de grandes tables rondes et continue à vendre tutus et chaussons de danse professionnels, la marque compte plus d'une vingtaine de boutiques dans le monde, notamment à Séoul, Tokyo ou Nagoya.


Repetto
, dont le modèle "Zizi" de couleur blanche a été popularisé par Serge Gainsbourg, fabrique 1.500 à 2.000 paires par jour, notamment dans son usine de Saint-Médard en Dordogne.


La marque a multiplié son chiffre d'affaires par six en cinq ans, à plus de 30 millions d'euros. Et plus de la moitié de ce chiffre est réalisé à l'étranger, a précisé M. Gaucher, qui réfléchit à la construction d'une deuxième usine à Saint-Médard.


Les collaborations avec des créateurs de mode (
Issey Miyake, Yamamoto ou Karl Lagerfeld) ainsi que l'engouement de nombreux "people" dont Kate Moss, Sofia Coppola ou Matthieu Chédid, ont contribué à la visibilité de la marque.


La spécificité "confort" des
Repetto repose sur leur technique de fabrication: chaque semelle de cuir est cousue à l'envers avant d'être retournée.

Voilà donc une bonne nouvelle... D'autant que, personnellement, j'aime beaucoup cette marque...
Je suis donc très contente car cela montre une fois encore aux étrangers que la France c'est aussi... la classe, l'élégance et un savoir-faire bien à nous... ;)

D'après la newsletter n°811 de FashionMag.


Repost 0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 20:17

Je vous en parlais il y a quelques jours... voici donc quelques images de l'opé mise en place par IKEA dans le métro parisien...

Ikea s’est donc fait remarquer en remplaçant les sièges de 4 stations de métro parisiennes, exercice qu’elle réalise pour la première fois dans cet environnement apparemment très à la mode en 2010, mais qu’elle a déjà éprouvé dans d’autres lieux liés eux aussi aux transports, comme à la gare de Lyon et au Japon en 2008, ou encore à New-York en 2006.


De cette manière, Ikea offre la possibilité de tester ses produits , ce qui est un gage de confiance non négligeable de la marque envers ces derniers, ce qui rend d'ailleurs la prise de parole plus crédible... non?


Et puis ça change des bancs de la ratp!


D'après le site http://quietglover.com, mars 2010

Repost 0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 15:22

PARIS, 10 mars 2010 (AFP) - Jean Paul Gaultier a mis en scène une Emma Peel sexy en diable pour Hermès, toute en cuir et croco, tandis que Marc Jacobs revisitait les années 1950 pour Vuitton (une belle réussite d'ailleurs!! j'ai adoré!) avec des tailles ceintrées et des jupes longues en cuir, au dernier jour des défilés parisiens pour l'hiver prochain.

Louis Vuitton, Hermès
La mannequin Lily Cole présente une création de Jean Paul Gaultier pour Hermès lors du défilé de prêt-à-porter automne-hiver 2010/2011 à Paris. Photo : AFP.


Au fond de la scène, derrière des cercles de plus en plus petits imitant le générique de "Chapeaux melons et bottes de cuir" et sur la bande son du feuilleton, une silhouette de femme se distingue, un parapluie passé derrière la nuque au bout duquel pend un sac.

 


Elle s'avance en combinaison moulante de cuir noir, une large ceinture sur les reins, portée par des talons vertigineux. Jupes et pantalons en croco ou en cuir, trenchs et canadiennes, longs manteaux fluides, les mannequins défilent en chapeau, parfois avec une loupe autour du cou façon Sherlock Holmes.


"C'est une collection very british", résume
Jean Paul Gaultier en coulisses. "Ce sont des femmes de la City mais pourquoi pas Mrs Bond", en référence à l'espion 007, "avec une petite touche Orange Mécanique". "Le cuir, le croco, le mohair très léger : c'est confortable, chaud et chic", annonce l'enthousiaste créateur.


Pour les chaussures,
Pierre Hardy est parti de modèles de "lords ou de cavaliers, ou même de boots de cochers", dans l'esprit "du classicisme anglais du XIXème siècle", et les a montés sur 13 à 14 cm, en croco ou en cuir, a-t-il expliqué à l'AFP.


Sous une tente autour du bassin à jets d'eau de la cour carrée du Louvre,
Vuitton a présenté un spectacle bien différent, inspiré du rétro années 1950: beaucoup de cuir aussi sur des jupes au plissé large, ceintrées puis évasées jusqu'à mi-mollet et des corsets sous des robes, comprimant la poitrine en effet "push-up" spectaculaire.


Le défilé a commencé pile à l'heure, contrairement aux 30 à 50 minutes d'attente réglementaire, et en l'absence de célébrités au premier rang.
Marc Jacobs avait expliqué à la presse spécialisée que cette invasion récente des "people" aux défilés avait vécu et qu'il fallait se recentrer sur la mode.


Défilé Louis Vuitton 2011

Les ex-tops Laeticia Casta ou Elle Macpherson étaient de retour sur la passerelle, ouvrant et fermant le bal, respectivement en corset et jupe en laine rayée grise et robe du soir bustier en taffetas rose.


Une robe noire aux manches longues allie organza et vison, et plusieurs modèles portent des pulls courts en laine sur des jupes en tweed à carreaux volumineuses, parfois avec un faux-cul.


Louis Vuitton, Hermès
Création du styliste libanais Elie Saab lors des défilés de prêt-à-porter automne-hiver 2010/2011 le 10 mars 2010 à Paris. Photo : AFP.


Chez Elie Saab, il existe une robe pour chaque occasion. Dans sa collection à dominante de noir et de dentelle travaillée, elles ont la part belle, pour le jour comme pour le soir, aux côtés de quelques rares tailleurs et vestes en fourrure noire.

 


Les petites robes noires sont coupées sur le genou et portées avec des talons hauts et de petites soquettes transparentes. D'autres très graphiques présentent de fines bandes ajourées ou reproduisent en imprimé des branchages d'arbre sur fond kaki. Chaque fois, plusieurs modèles différents en version courte suivies d'un ou deux modèles pour le soir.


La dentelle apparaît en corsage d'une robe, sous un voile drapé, ou recouverte de bandes de paillettes noires. Ajourées sur le buste, des robes à paillettes en "bleu paon, vert chrome, grenat et noir métallique" cotoient enfin des drapés de mousseline aériens dans des dégradés de gris ou de beiges.

D'après la newsletter n°809 de FashionMag, par Gersende RAMBOURG

Repost 0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 17:14

PARIS, 9 mars 2010 (AFP) - Karl Lagerfeld a embarqué Chanel sur la banquise mardi 9 mars, dans un somptueux décor de glace sous la verrière du Grand Palais, pendant que Jean-Charles de Castelbajac introduisait Bambi à la cour du roi Arthur, en joyeuse compagnie de pages aux armures colorées.

Jean-Charles de Castelbajac, Chanel, Valentino, Chloé
Un mannequin présente une création de Karl Lagerfeld pour Chanel le 9 mars 2010 à Paris. Photo : AFP


Froid polaire chez Chanel en ivoire et bleu glacier, mais aussi des couleurs terre et beaucoup de fourrure. "Ce n'est pas de la vraie fourrure, même si je déteste ce terme de fausse. Autrefois la +fausse+ était hideuse, on a fait des progrès énormes", explique M. Lagerfeld en coulisses.

 


"Après la ferme et la campagne" de la précédente collection, le couturier s'est inspiré de "l'hiver qu'on a eu" et non du réchauffement climatique.
"J'adore la neige et la glace, l'hiver est une saison saine", ajoute-t-il.

Quelques hommes s'immiscent dans le défilé féminin, une tradition maison.
"Mlle
Chanel a quand même tout pris aux hommes, à ses amants successifs: le tweed, les manteaux, les pull-overs. C'est une sorte de retour à l'envoyeur", souligne M. Lagerfeld.


Alors que souffle un vent glacial dans les haut-parleurs, un mur se lève pour révéler de grands blocs de glace parmi lesquels errent des explorateurs, deux hommes et deux femmes, emmitouflés de
fourrure comme des yétis de la tête aux pieds.


Les mannequins aux coiffures gonflées de laque avancent d'un pas assuré parmi les flaques d'eau, présentant des tailleurs tweed bordés de
fourrure, sur des après-ski à poils longs, et des manteaux en laine chinée ou à grands carreaux de gris différents. Une robe délicate se compose de dentelle blanche brodée de fleurs en corsage et de fourrure blanche au niveau de la jupe.

Jean-Charles de Castelbajac, Chanel, Valentino, Chloé
Défilé automne-hiver 2010 Jean Charles de Castelbajac - Photo :AFP/Pierre Verdy


Cocktail vitaminé chez Castelbajac, dont les défilés sont courus pour leur fantaisie et leur folle jeunesse. Couleurs primaires et imprimés de Bambi, parfois en gros plan sur son oeil aux grands cils, se mêlent à un univers médiéval de conte de fées.

 


Philippe Manoeuvre et
Dita von Teese au premier rang ont souri au spectacle de serre-têtes en bois de cerf, sur des mini-robes qui se prolongent par des cuissardes en daim. Des boléros doudounes, argent ou rouge, s'associent à un "faontalon" en velours noir, dixit le programme.


Les vestes sont renforcées aux coudes ou aux épaules, façon armure en métal. Comme celle d'un ensemble motard, rouge au centre avec des manches vertes, des épaules bleus et des coudes jaunes. D'autres en "camouflage médiéval", sorte de tapisserie aux tons fondus, présentent des manches bouffantes à la Cendrillon.


Des hommes défilent aussi, dont un, en costume velours noir, amuse la salle, tiré à hue et à dia par un gros chien récalcitrant au bout d'une laisse.


Valentino
a offert un vestiaire féminin tout en délicatesse, plutôt orienté sur la soirée, notamment des dentelles travaillées comme ces chemisiers couleur chair incrustés de noir ou de blanc. Des robes à volants de différentes longueurs se déclinent en chair et rouge vif ou en pastels très clairs.


Première sur la passerelle, une robe ivoire, avec trois larges volants sur la jupe, résume l'élégante simplicité de la collection des stylistes de la marque italienne Maria
  Grazia Chiuri et Pier Paolo Piccioli. Plusieurs modèles en cuir noir ou ivoire, avec des volants encore, portent des ballerines.


Chez
Chloé, du beige, du beige et encore du beige, sur des coupes classiques à destination des beaux quartiers. Quelques tons plus chauds, comme ce pantalon en cuir caramel foncé, et des vestes en renard argent à grande capuche.

D'après la newsletter n°808 de FashionMag, par Gersende RAMBOURG


Repost 0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 17:08

PARIS, 9 mars 2010 (AFP) - Caban et smoking flirtent avec des robes "trapèze", "scandale", "tableaux de maîtres", dans un univers féérique: le Petit Palais, musée des Beaux Arts de la ville de Paris, accueille une exposition inédite retraçant 40 ans de création d'Yves Saint Laurent.

Yves Saint Laurent
Une exposition inédite retrace 40 ans de création d'Yves Saint Laurent.


Aucune rétrospective de cette ampleur consacrée au grand couturier français, disparu en 2008, n'avait été organisée depuis la première du genre au Metropolitan Museum de New York en 1983, a rappelé l'homme d'affaires et compagnon d'Yves Saint Laurent, Pierre Bergé, lors d'une présentation à la presse.

 


L'exposition, qui ouvrira jeudi ses portes au public, est composée de 307 modèles de haute couture déclinés par thème et issus des quelque 5.000 pièces conservées à la fondation
Pierre Bergé - Yves Saint Laurent.


Elle est ponctuée de films et de photos retraçant l'oeuvre de "celui qui, après
Chanel, a donné le pouvoir aux femmes en utilisant le vêtement masculin" et a voulu "habiller la rue", selon Pierre Bergé.


Des débuts du jeune créateur, successeur de
Christian Dior, en 1957-58, au dernier défilé de 2002, c'est également une fresque théâtrale qui sublime des moments clés de sa carrière, grâce à une scénographie (Nathalie Crinière) transformant tour à tour l'espace en atelier, palette de peintre ou salle de bal, inspirée du "Guépard" de Luchino Visconti.


L'exposition s'ouvre sur quelques joyaux de la collection haute couture printemps-été 1958, qui préfigure le désir de liberté des années 60.
Yves Saint Laurent crée un nouveau genre entre le féminin et le masculin. Il fait régner le style. 43 modèles illustrent les incontournables : le caban, la saharienne, le tailleur-pantalon, le tailleur-jupe, la blouse normande, la tunique, le jumpsuit.


Focus sur l'inspiratrice et fidèle amie, Catherine Deneuve. Dix pièces majeures de la garde-robe de l'actrice sont présentées, dont la robe grain de poudre noir et satin ivoire créée pour "
Belle de Jour" (1967).


1966, la maison de haute couture crée sa propre griffe, "Rive Gauche", devenant pionnière du prêt-à-porter de luxe. Une exposition lui sera entièrement consacrée au premier semestre 2011 à Paris.


Années 70, années "scandale" ?
Yves Saint Laurent pose nu devant l'objectif de Jeanloup Sieff pour la publicité de lancement de son premier parfum pour homme, photo qui acquiert le statut d'icône et dont l'ensemble des prises de vue est présenté pour la première fois au public.


En 1971, le couturier présente une collection inspirée des années 40 et de la France sous l'Occupation. Décriée par la presse qui parle d'une collection "hideuse", elle décline des modèles Rétro (manteau de renard vert et turbans en velours) en plein mouvement hippie et féministe.


Un vaste espace est consacré aux créations inspirées des voyages imaginaires de l'esthète: kimono, boléros et saris, plumes, perles et broderies célèbrent l'exotisme.


Autres trésors de l'exposition : les robes aux motifs inspirés des peintres adorés du couturier, en particulier Mondrian, qui rompent les hiérarchies entre les genres artistiques. Un mur "nocturne", rassemblant d'innombrables tenues de soirée noires. Enfin, offert comme un secret à l'oeil profane : un couloir monumental tapissé d'échantillons de tissus déclinant à l'infini le spectre des couleurs.


Parallèlement à l'exposition, les éditions La Martinière co-éditent avec la fondation Bergé -
Saint Laurent un ouvrage intitulé "Yves Saint Laurent, haute couture, l'Oeuvre Intégral" (1962-2002) comprenant 1.283 planches de dessins.


(Petit Palais,
Yves Saint Laurent, du 11 mars au 29 août 2010)

D'après la newsletter n°808 de FashionMag, par Sandra LACUT

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 20:00

Le géant suédois s’invite dans le métro parisien ! Une opération prévue du 11 au 24 Mars. De quoi s’agit-il exactement ? D’un concept déjà exploité par la marque à la gare de Lyon ainsi qu’aux Etats -Unis et en Asie. Vous aurez donc le plaisir de vous installer dans un confortable canapé aux stations Saint- Lazare, Champs Elysées Clemenceau, Concorde et Opéra.


Vous pouvez déjà avoir un avant-goût avec l’image ci-dessous :

 

 

ikeametro.jpg



Cette opération est le fruit de la collaboration entre l’agence Ubi Bene, Media transports ainsi que la RATP.

 

L’idée, créative, avait déja bien fonctionné dans les autres villes. La marque l’exploite donc à fond et elle a bien raison. Un peu de gaieté dans le métro parisien, personne n’est contre !

D'après le site
www.culture-buzz.com, mars 2010

Repost 0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 15:54

Parfum phare de la marque depuis son lancement en 1990, Cerruti 1881 – la maison est née en 1881 – fait appel à un nouvel ambassadeur. Il est chanteur, acteur, français et n’a jamais prêté son visage à un parfum. Ce n’est autre que… Marc Lavoine.

Cerruti
Marc Lavoine


A l’affiche de Liberté de Tony Gatlif, il s’impose auprès de Cerruti (groupe Coty) pour "son allure, son regard et sa voix qui lui confèrent un magnétisme indéniable. C’est un homme accompli et authentique", explique Françoise Mariez, International senior vice president marketing european licenses chez Coty Prestige.

Lui-même se dit "très flatté que
Cerruti, […] (l)’ait choisi pour incarner ce très beau classique de la parfumerie".

La campagne est à découvrir à compter du mois de juin prochain.


D'après la newsletter n°807 de FashionMag, par Julie Mangaud
Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 13:06

La griffe horlogère fait de Diego Maradona son ambassadeur en Amérique Latine. En effet, Hublot vient de signer un partenariat avec le plus célèbre des footballeurs argentins, actuel sélectionneur de l’équipe d’Argentine. "La Main de Dieu", portera ainsi à son poignet la Big Bang Maradona.

Hublot
Diego Maradona nouvel ambassadeur de Hublot en Amérique Latine


Si le choix d’un personnage aussi controversé que Maradona peut paraître osé, il n’en reste pas moins judicieux. En effet, à un peu plus d’un mois de la Coupe du Monde de Football, Hublot s’offre une belle visibilité. Non seulement Diego Maradona est une figure hautement médiatique, mais son équipe pourrait bien, de plus, se hisser parmi les favoris de la compétition.
De l’association de Diego Maradona, Ballon d’Or 1995 et de la marque lyonnaise
Hublot est ainsi née une montre, la Big Bang Maradona illustrée par un dessin stylisé de Diego Maradona, les bras levés en signe de victoire gravé sur le fond du boitier.


D'après la newsletter n°806 de FashionMag, par Sarah Ahssen
Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 13:00

PARIS, 7 mars 2010 (AFP) - Le couturier Karl Lagerfeld, connu notamment pour son travail chez Chanel et Fendi, sera le prochain photographe du calendrier Pirelli qui rassemble généralement les plus grands mannequins dans des poses sexy, a-t-il confié à l'AFP dimanche, en marge du défilé de sa marque.

 

M. Lagerfeld, qui pratique la photographie depuis longtemps, a accepté avec enthousiasme cette offre du groupe italien de pneumatiques: "Ce qui m'amuse, c'est ce que je n'ai jamais fait", a-t-il expliqué.


Les prises de vue auront lieu en avril à Paris "parce que les photos sur les plages, on a vu ça mille fois", commente-t-il en faisant la moue.


Selon M.
Lagerfeld, le groupe Pirelli connaissait notamment son travail pour le calendrier Mondadori l'an dernier, ainsi qu'une série de nus qu'il avait réalisée pour le magazine new-yorkais d'art et de mode Visionnaire.

D'après la newsletter n°806 de FashionMag.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Sophie Pedot
  • Le blog de Sophie Pedot
  • : Une jeune fille exprime son admiration pour le monde de la mode, du luxe et nous livre les tendances marketing de ce marché... Elle ne parle que de ce qu'elle aime... et si des filles ou des garçons se reconnaissent dans son blog... ils sont tous les bienvenue!!
  • Contact

Liens